Développement personnel, perte de confiance ou d'estime, mauvaise communication à Besançon

David pyon Psychopraticien & Coach à Besançon

Divorce, séparation : comment surmonter une rupture amoureuse ?


Séparation douloureuse : quelles sont les clefs pour se reconstruire ?

“Se séparer ce n’est pas quitter quelqu’un, c’est se quitter tous les deux !”

Sacha Guitry

 

Un couple est une entité à part entière, pas seulement la somme de deux individualités. Choisie ou non, la rupture sentimentale est un véritable séisme. Elle revêt même un caractère potentiellement traumatique, car avec elle, c’est tout un monde qui s’écroule. De la gestion des enfants, quand il y en a, à la fin des projets à deux, du lieu de vie à l’organisation du quotidien, tout est à repenser. Mais son premier impact, sûrement le plus dévastateur, relève de l’intime puisqu’il touche à l’affectif. État de choc, pleurs, colère, sentiment d’abandon, la fin de la relation amoureuse est pourvoyeuse d’émotions fortes. Comment faire face à la douleur de la séparation ? Comment reprendre confiance en soi et se relever ? Le temps est-il vraiment le meilleur allié des cœurs brisés ?

Place aux montagnes russes émotionnelles !

Quand sonne le glas de l’amour et de la vie commune, les deux protagonistes embarquent dans un ascenseur émotionnel, y compris celui à l’origine de la décision.

La palette des émotions est très large et bien souvent contextuelle. Si la rupture est soudaine ou si elle est la conséquence d’une infidélité, le registre n’est pas le même que si la fin était prévisible ou résulte d’un commun accord.

Toutefois, dans tous les cas de figure, c’est un choc à encaisser.

Un cheminement calqué sur la courbe du deuil

Dans le cadre de ses accompagnements en soins palliatifs, la psychiatre Elisabeth Kübler Ross a théorisé sa célèbre courbe du deuil. Selon elle, une personne qui subit un changement fondamental connaît un cycle descendant et un cycle ascendant pavés d’une série de 5 étapes émotionnelles : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation.

Cette théorie ne s’applique pas qu’aux malades en stade terminal, mais à toutes formes de pertes : le décès d’un être cher, la perte de son emploi, la privation de liberté, la fin d’un amour…

 

La première période de ce schéma correspond à la résistance au changement. La personne est dans le refus de la vérité et ne vit qu’au passé. Puis, progressivement car le processus oscille entre les deux phases, vient le temps de l’acceptation et d’une attitude résolument orientée vers l’avenir.

 

Lors d’une rupture amoureuse, l’évolution est généralement la suivante :

1.     Après le choc de l’annonce, la personne bouleversée refuse de voir la vérité en face. Elle se réfugie dans le déni, dans le passé.

2.     Peu à peu, elle reprend pied avec la réalité et se trouve confrontée à différentes peurs, à un sentiment d’abandon, de trahison, de frustration et la colère émerge. Ce peut être aussi une étape de marchandage, où tenter de reconquérir l’autre et espérer qu’il fasse machine arrière est monnaie courante.

3.     Parfois imbriquée dans la colère, la tristesse, voire la dépression, s’insinue dans le quotidien. Le passé est alors synonyme de zone de confort tandis que l’avenir est inconcevable. C’est le moment où le futur génère le plus de peur.

4.     La nostalgie laisse sa place à la résignation, à l’acceptation. Petit à petit, les choses évoluent, les résistances s’effacent et la personne peut se projeter dans un autre chapitre de sa vie : la reconstruction personnelle

5.     À présent, le regard se pose sur les nouveautés apportées par le changement. L’amertume et les regrets sont mis au placard !

 

Évidemment, la transition n’est ni linéaire ni immuable, puisque chaque personne a un ressenti qui lui est propre, mais aussi des émotions à gérer !

Accueillir toutes ses émotions

“Je n’y arriverai pas !”, “Je ne pourrai plus jamais !” “Je ne veux plus !”

Tout le monde a déjà entendu un proche s’exprimer ainsi après une peine de cœur, surtout lorsque le quotidien est encore un maelström vertigineux dans lequel le moral joue au yo-yo.

La personne souffre et doit encaisser toute la dimension que provoque cette annonce : l’absence de l’autre, l’appréhension de la solitude, les questions inhérentes aux enfants, au lieu de vie, la nécessité d’informer la famille, les amis, les formalités administratives…

Dans son for intérieur, les souvenirs abondent et peuvent même faire écho à une enfance douloureuse, marquée par le divorce des parents.

 

Le chemin de la reconstruction de l’équilibre intérieur est avant tout émotionnel. Éprouver de la tristesse, du ressentiment, de la culpabilité ou de la peur est normal.

Il faut savoir qu’il n’y a pas d’émotions négatives et que les accepter est le premier pas.

S’autoriser à avoir du chagrin et l’admettre

Accueillir la douleur est le stade le plus difficile. Face au sentiment d’abandon, de rejet, de désespoir, de trahison ou de dévalorisation de soi, il est naturel de pleurer.

Laisser s’exprimer la colère

Qu’elle soit dirigée contre soi ou contre l’autre, il faut l’extérioriser, aussi violente soit-elle. Parler, crier, tempêter, verbaliser son animosité permet d’apaiser le tumulte intérieur. Attention, il n’est pas question pour autant de transgresser les limites de l’acceptable et de porter atteinte à l’intégrité physique ou mentale de quiconque !!!

Prendre sa part de responsabilité

Le sentiment de trahison, la culpabilité sont difficiles à supporter. Il est capital de mettre des mots sur ce que l’on se reproche, mais aussi de prendre un temps de recul. Il est moins utile de se flageller que de s’accorder un peu de bienveillance !

Ne pas céder à la peur

Les lendemains diffèrent toujours des projections que l’on s’en fait. Ce qui se passera plus tard ne doit pas être la prison du présent. Il vaut mieux concentrer ses actions sur ce qui doit être fait en temps et en heure et accepter l’idée d’être surpris. 

 

La séparation touche l’ego, entraîne une dévalorisation et fracasse la croyance en l’amour et la confiance qu’il suppose.

S’accorder du temps signifie laisser à la vie le pouvoir de cicatriser cette plaie intime.

Les différents stades du deuil amoureux sont plus ou moins longs, mais l’acceptation met un terme aux regrets et aux orages.

Partir à la rencontre de soi est une étape transformative qui fait grandir.

7 conseils pour passer le cap de la déception sentimentale

Si laisser du temps au temps est capital pour envisager sa vie en solo, il est important de ne pas s’isoler.

Voici quelques suggestions pour sortir du marasme et aller de l’avant :

●      il n’y a pas qu’une méthode, il y a surtout la vôtre. Alors avant toute chose, ayez confiance en vous et suivez votre instinct !

●      confiez-vous à un proche, à un confident bienveillant. Parler ne guérit pas de tout, mais permet d’évacuer la pression, de voir les choses sous un autre angle…

●      nourrissez les relations avec votre entourage et créez des liens avec de nouvelles personnes,

●      instaurez progressivement votre nouvelle routine, partez à la découverte de nouveaux plaisirs,

●      autorisez-vous de nouvelles activités, ou reprenez celles que vous ne faisiez plus,

●      (ré)apprenez à trouver de la satisfaction par vous-même,

●      déménagez ou relookez votre intérieur s’il était le lieu commun !

 

Faire ce qui est bon pour soi, pour le corps et l’esprit, mobiliser son énergie sur autre chose que la rumination permet de découvrir d’autres facettes de soi, une nouvelle force.

Génial, mes parents divorcent, vraiment ?

La fin du lien conjugal ne signifie pas la fin de la parentalité ! Durant cette période difficile, l’inquiétude prédomine chez les parents. Les enfants disposent de ressources insoupçonnées et sont de formidables moteurs. Mais le recours aux conseils d’un professionnel peut être judicieux pour les soutenir efficacement et limiter les répercussions négatives sur leur avenir, surtout en cas de divorce conflictuel. Les intérêts de la famille doivent être une priorité, au même titre que s’entendre sur l’éducation des enfants mineurs.

Ce nouveau schéma parental peut être source de relations qualitatives et de complicité avec eux et apporter ainsi à chacun son lot de plaisirs.

Ce changement de quotidien est souvent l’occasion de leur proposer de nouvelles activités profitables aussi au parent solo. 

Ouvrir ses ailes, sortir de sa coquille !

En matière de bien-être psychologique, il n’y a pas qu’une vérité. Prendre soin de soi et se prioriser est capital au même titre que se sentir entièrement libre de ses choix.

 

Dès lors qu’une personne a retrouvé assurance et sourire, elle ouvre la porte à un nouvel épanouissement, voire à une nouvelle histoire d’amour.

Le célibat n’est pas pesant pour tout le monde. Les âmes solitaires ne font pas d’une rencontre le sujet numéro 1 de leur nouvelle vie. D’autres au contraire ont le besoin de vivre des aventures sans lendemain voire s’engagent rapidement dans une histoire qu’ils espèrent durable.

Tant que vous êtes en adéquation avec vos valeurs personnelles, s’ouvrir à de nouvelles opportunités de rencontre est l’issue logique de la guérison.

 

Par contre, il faut veiller à ne pas s’enliser dans l’enfermement, la rancœur ou la dépression. Pour retrouver une image positive de soi et sa sécurité intérieure, mieux vaut s’adresser à un professionnel. Avec son approche dénuée de jugement et ses qualités d'écoute, il va vous aider à comprendre ce que la fin de la relation fait résonner en vous et à aller mieux.

Outre la gestion de vos émotions, son soutien est efficace pour définir de nouveaux projets et vous accompagner dans votre croissance personnelle. Celle-ci est la clef de votre avenir et pas seulement dans le domaine sentimental.

 

Guérir de la maladie d’amour implique de laisser le passé au passé, de ne pas culpabiliser ni occulter les choses. Il s’agit de mettre un point final à une histoire qu’elle ait été heureuse ou pas, d’accepter la rupture affective afin de tourner la page définitivement et avancer sereinement vers une plénitude renouvelée.


Articles similaires

Derniers articles

Divorce, séparation : comment surmonter une rupture amoureuse ?

Comprendre la colère pour mieux la gérer et l’apaiser

Couple, ado, travail, mieux communiquer pour éviter les conflits !

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion