Développement personnel, perte de confiance ou d'estime, mauvaise communication à Besançon

David pyon coach & thérapeute pour une meilleure estime et confiance en soi à Besançon

Traumatisme : comment gérer le stress et les troubles destructeurs ?

therapie

 

Un traumatisme est un choc violent qui provoque une blessure physique et/ou psychique avec des conséquences graves qui perdurent dans le temps.

Cet événement négatif peut résulter de divers facteurs qui laissent des cicatrices à l’âme : c’est un psychotraumatisme. Celui-ci engendre un état de stress réactionnel qualifié d’état de stress post-traumatique. Ce dernier a des impacts non négligeables sur la vie de la victime, tant personnelle que relationnelle, même si les symptômes varient d’une personne à l’autre. Le plus souvent, il empêche une vie épanouie et vient abîmer le rapport à soi avec des conséquences telles qu'il est parfois impératif d’apaiser ce douloureux souvenir. Je vous explique ici comment une thérapie peut libérer des effets destructeurs du traumatisme et apprendre, ou réapprendre, à vivre autrement que dans la douleur, l’appréhension et la mésestime.

Les symptômes du stress post-traumatique 

Cette notion de stress post-traumatique a été mise en évidence après la guerre du Vietnam et ses répercussions sur les soldats vétérans. Elle s’applique désormais à toute victime d’événements traumatisants exceptionnels

Les causes de ces chocs sont multiples et toujours néfastes : 

  • un décès brutal, un deuil difficile à faire, 

  • un accident,

  • un attentat, 

  • les abus sexuels, la maltraitance,

  • toutes les formes d’agressions, y compris la violence conjugale,

  • le harcèlement moral, les humiliations,  

  • les catastrophes naturelles, 

  • la guerre... 

 

Le choc émotionnel ressenti est un état de stress qui survient immédiatement après ou dans les semaines qui suivent, tant pour la victime directe que pour une personne qui a été témoin. 

 

Au-delà de la blessure physique qui affecte la chair, le choc émotionnel qui suit un traumatisme majeur est terrible : la souffrance morale impacte profondément la victime. 

Néanmoins, l’intensité du traumatisme et les mécanismes de sauvegarde que le corps met en place dépendent de la vulnérabilité de la personne.

 

 À la suite d’un choc traumatique, on distingue 3 formes de réactions. 

La sidération

Après l'événement, la victime ne peut agir ni raisonner. Elle est en état de choc, incapable de réponse ou d’action appropriée. 

L’agitation 

Les réactions de la victime sont désordonnées. Elle est quasi incontrôlable, elle crie, gesticule, rendant parfois sa prise en charge difficile.

La dissociation

La victime agit physiquement mais ne réfléchit pas. Elle est en pilotage automatique, absente, indifférente à toute stimulation. 

 

Après un traumatisme majeur, le cerveau peut aussi provoquer une amnésie. Celle-ci est une sorte de fusible comme c’est souvent le cas pour les traumatismes de l’enfance. La mémoire se réveille parfois des décennies après. 

 

Le syndrome anxieux est variable et évolue avec le temps. Les symptômes apparaissent parfois immédiatement après le choc, soit plus tard et sont plus ou moins marqués. 

Lorsque celui-ci devient chronique, il est problématique et source de dommages sur la santé mentale, physique et sur la vie sociale. 

 

Ainsi, les symptômes de stress répertoriés prennent plusieurs formes : 

  • irritabilité, agitation, 

  • troubles du sommeil, cauchemars,

  • anxiété, angoisses,

  • peur, jusqu’à l’attaque de panique, différentes phobies, 

  • dépression, névroses, idées suicidaires,

  • fatigue permanente, migraines, 

  • sentiment de culpabilité,

  • addiction aux drogues, alcool, médicaments antidépresseurs...

 

Les spécialistes n’hésitent plus à faire le lien entre cette souffrance morale et une altération significative de la santé. De nombreuses études sont en cours pour évaluer les comorbidités d’un état de stress aigu. Ainsi, une évolution sur du long terme vers des pathologies lourdes comme des troubles cardio-vasculaires ou un cancer n’est pas exclue.

 

Alors bien sûr, il est primordial d’aider la victime à faire face au choc. Si possible dès la survenue du traumatisme, mais il n’y a pas de limite dans le temps. Une thérapie efficace est envisageable même des années après. 

Quelle thérapie pour évacuer le stress d’un traumatisme ? 

Soulager le stress revient à aider la victime à ranger ce souvenir traumatique et à le décharger de ses émotions pour que la reconstruction puisse avoir lieu.

Outre la présence réconfortante de ses proches et la prise en charge médicale, elle doit verbaliser son vécu et extérioriser ses craintes pour se réapproprier ses émotions. Ce n’est qu’à ces conditions qu’elle peut laisser place à la résilience, cette capacité à surmonter un choc en apprenant à vivre avec.

A tout moment de sa vie, il est possible de faire appel à un thérapeute pour retrouver son équilibre et un mode de fonctionnement normal. 

Le travail du praticien a pour but de transformer les plaies laissées par le traumatisme en force. 

Pour ce faire, il accompagne la personne avec différents outils thérapeutiques qui ont tous fait leurs preuves. 

Le décodage biologique 

Cette thérapie consiste à faire parler les symptômes afin de déterminer l’évènement moteur des troubles. Elle établit la relation de causalité entre une maladie et son origine émotionnelle

La thérapie cognitivo comportementale 

La TCC travaille sur la maîtrise de l’anxiété en modifiant les schémas limitants. La personne apprend à gérer ses peurs et ses pensées grâce à une modélisation d’un mode de fonctionnement sans ce stress. 

L’EMDR et RITMO 

Ce sont toutes deux des techniques basées sur des stimulis oculaires, des mouvements des yeux à droite ou à gauche, qui libèrent des charges émotionnelles lourdes à porter.  

L’hypnose 

L’hypnothérapeute place la victime dans un état de réceptivité qui lui permet de se libérer des séquelles d’un choc émotif grâce à un langage métaphorique. Elle se libère ainsi du souvenir pénible à l’origine de son mal-être.

 

Il ne faut pas attendre la douleur d’une maladie grave pour se défaire de la charge négative d’un traumatisme, quel qu’il soit. La meilleure thérapie est celle qui aide la victime à s’apaiser, à apprendre à gérer ses émotions, à se refaire confiance et à s’estimer. 

 

Psycho-praticien spécialiste en thérapies brèves, je vous invite à vous libérer du stress destructeur lié à votre vécu traumatique avec une méthode qui vous prête une écoute active et bienveillante. Quittez vos blocages et votre souffrance au profit d’une vie épanouie, marchez sur le chemin d'une vie résiliente.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion